FUTURE OF WORK : LA révolution numérique

En partenariat avec

Cyber printemps pour les entreprises…

La cyber sécurité est sans doute l’un des enjeux majeur des entreprises d’aujourd’hui. Bientôt en vigueur, la loi européenne du 25 mai prochain va les mettre en face de leurs obligations en termes de protection des données et d’information de leurs clients. 80% des entreprises ne seraient aujourd’hui pas encore conformes dans ce domaine affirme l’institut de recherche Forrester.

Par Violaine de Saint Vaulry

Bientôt le 25 mai 2018 ! 25 mai 2018, une date à retenir dans l’histoire de la protection des données. Une date qui va venir très vite et qui pourrait bien s’apparenter à un gros casse-tête pour certains ! Dans trois petites semaines, le règlement européen sera applicable et la loi RGPD (règlement général pour la protection des données), sera mise en exercice, après deux ans laissés aux entreprises pour se familiariser avec leurs nouvelles obligations. Car la législation sur l’information et les libertés date d’une trentaine d’années, autant dire des millénaires au regard des avancées technologiques de nos systèmes d’information.
96% des entreprises françaises allemandes et britanniques ne saisissent pas vraiment de quoi il s’agit quand on parle de protection des données. Etude Symatec, société de sécurité informatique.

Pas tout à fait prêtes nos entreprises ? « 90% des sociétés allemandes, françaises et britanniques ne saisissent pas vraiment de quoi il s’agit quand on parle de protection des données » souligne une étude de Symatec. « Pendant longtemps, l’entreprise a été considérée en termes de sécurité comme un château fort » note Frédéric Simotel, journaliste pour BFM Business. Bien sûr ce n’est plus vraiment le cas et aujourd’hui elles doivent se mettre en conformité. Les motivations sont fortes… Et variées ! Quand on sait, par exemple, que le montant de l’amande exigible en cas de non application de la loi pourra être, au maximum, égal à 4% du CA mondial de l’entreprise. Vol d’identité et violation de la vie privée seront donc au cœur des enjeux et des débats.

Un seul mot de passe ne suffit pas. Il faut multiplier et cumuler les méthodes d’authentification pour plus de sécurité.

Annas Taghoury, Regional Account Manager, Intel

D’abord protéger ses collaborateurs :

Si la loi de mai 2018 vise surtout à protéger les clients et leurs données personnelles, à l’intérieur du château fort qu’était l’entreprise d’hier, les lignes ont aussi bougé. Plus flex, plus mobile, moins présent sur le site officiel, toujours sur son smart phone… Le salarié est, bien sûr, une victime potentielle à protéger des attaques de l’extérieur. « Un seul mot de passe ne suffit pas explique Annas Taghoury, Regional Account Manager, Intel » En effet, il faut multiplier les techniques d’authentification et savoir verrouiller et déverrouiller son système de toutes les façons possibles. Bienvenue à la biométrie ! « En termes de cyber sécurité la plus grande faille est entre l’ordinateur et la chaise » commente Frédéric Simotel. En la matière, les collaborateurs devraient pourvoir être formés à protéger les données des clients de l’entreprise quand ils sont hors des murs, où tout simplement lors des partages d’information. Protecteurs protégés ? Un des volets de la future loi vise aussi à mettre à l’abri les salariés… De gros enjeux en perspective, à tous niveaux.